Tech

Apple et Qualcomm se réconcilient et Intel abandonne le modem 5G

Des mouvements importants autour de la 5G alors que la nouvelle génération de réseaux mobiles à large bande est sur le point d’arriver sur le marché. D’une part, nous avons un accord mondial entre Apple et Qualcomm et, par conséquent, la sortie d’Intel du marché des modems 5G.

 

Apple et Qualcomm ont annoncé la signature d’un accord mondial visant à mettre fin aux litiges juridiques dans le monde entier. Il comprend un contrat de licence de brevet pour les six prochaines années et le paiement d’une redevance par Apple à Qualcomm. Le montant n’a pas été déterminé, mais il doit être très élevé.

La bataille juridique entre Qualcomm et Apple, avec des poursuites et des demandes reconventionnelles à l’autre bout du monde, avait atteint son apogée le mois dernier lorsqu’un jury du tribunal fédéral californien a déclaré qu’Apple avait violé trois brevets du fabricant de puces en créant ses smartphones. Les brevets contrefaits concernaient principalement l’optimisation des batteries de terminaux, le traitement graphique, l’augmentation de la vitesse de connexion Internet ou une fonction de gestion du trafic qui permet aux applications de télécharger des données plus rapidement.

Bien que l’indemnisation à verser ait été minime, la décision (confirmée à l’unanimité) a permis à Qualcomm de renforcer son argumentation dans d’autres actions en justice générales, voire de plusieurs millions de dollars. De plus, en mettant en dollars la valeur de la propriété intellectuelle de Qualcomm, le tribunal a contrecarré la contre-attaque judiciaire d’Apple contre l' » injustice  » des pratiques d’octroi de licences sur les puces.

Dans l’état actuel des choses et avec l’idée de lancer l’iPhone 5G, Apple a dû penser qu' »un mauvais accord vaut mieux qu’une bonne action en justice ». Résultat : une victoire totale pour Qualcomm . En fait, dès que l’entente a été connue, les actions du fabricant de puces ont augmenté de 23 % dans les transactions après la clôture du marché boursier.

L’accord implique la fourniture par Qualcomm de puces 5G pour la prochaine génération de smartphones Apple, bien que Cupertino ait exploré d’autres options telles que MediaTek et même un modem qui leur est propre.

Qualcomm a exclusivement fourni des puces de connectivité Apple, de l’iPhone 4S en 2011 à l’iPhone 6S et 6S Plus en 2015. Elle a également vendu des puces pour iPhones 7, mais pour cette génération Apple les a combinées avec des chipsets Intel en fonction de la région et de l’opérateur. Cupertino voulait utiliser successivement les modems 4G-LTE de Qualcomm sur les iPhones 8 et XR et XS, mais – mêlé à des batailles juridiques – le fabricant a refusé et Apple a dû utiliser exclusivement des modèles Intel. L’iPhone 5G utilisera à nouveau Qualcomm.

L’accord pourrait également avoir un impact sur Huawei, une autre société qui avait un litige de licence avec Qualcomm.  Les analystes pensent que la firme chinoise examinait l’issue de l’affaire Apple pour évaluer sa position de négociation.

En résumé, tout porte à croire que Qualcomm 5G retrouvera la position dominante qu’elle occupait au début de la décennie 2010, lorsqu’elle a dominé la transition vers les réseaux mobiles 4G et augmenté considérablement ses revenus.

Confirmant que Qualcomm est le grand vainqueur dans cette affaire et qu’en 5G, elle occupera une position dominante similaire à celle qu’elle détenait déjà au début de la décennie lorsqu’elle a monopolisé la transition vers les réseaux mobiles 4G, quelques minutes après l’annonce de l’accord avec Apple, Intel a annoncé le retrait des activités modems 5G.

Intel ne perd pas trop sur le plan économique, parce que ce département génère un revenu minimum, mais laisse une autre ombre négative dans l’industrie : il n’est pas en mesure de concurrencer Qualcomm dans le secteur des communications et de la mobilité, qui tire le chariot de l’informatique mondiale.

« Nous sommes très enthousiasmés par l’opportunité de la 5G, mais dans le domaine des modems smartphones, il est devenu clair qu’il n’y a pas de voie claire vers la rentabilité. Intel continuera à répondre aux besoins de ses clients sur les smartphones 4G d’aujourd’hui, mais nous ne prévoyons pas de lancer un modem 5G à l’avenir, y compris ceux déjà annoncés pour l’année 2020″, a expliqué le nouveau CEO Bob Swan.

Intel dit qu’elle va évaluer les opportunités pour les modems 4G et 5G sur les ordinateurs, les appareils Internet et autres appareils datacentriques, mais la réalité est que c’est une nouvelle étonnamment négative pour tout un géant comme Intel. On dit qu’ils avaient des problèmes de dissipation de chaleur dans la fabrication des modems 5G, ce qui affectait considérablement les performances de la batterie et donc l’autonomie des bornes.

 

Apple aurait exclu son adoption et, avec l’accord conclu avec Qualcomm, Intel n’est plus dans le jeu.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *